Fashion Pact, le document qui répondra au changement climatique

Le sommet du G7 s’est tenu en août dernier avec la présentation du ‘’Fashion Pact’’ ou ‘’Pacte de la mode’’ en français. Ce document s’inscrit dans le cadre de la lutte contre le changement climatique, et plus particulièrement de la lutte contre la production du gaz à effet de serre. Les travaux de l’élaboration de ce document furent confiés à l’un des géants du domaine qui a su se montrer à la hauteur de la tâche. Quels sont les grands points du Fashion Pact ? Et comment a-t-il été accueilli par les grandes marques du domaine ? Nous vous faisons tout le point ici.

Contexte

L’industrie de la mode est très profitable et selon un rapport publié, elle brasse près de 1 500 milliards d’euros par an. Cette prospérité des affaires dans ce domaine arrange très bien les patrons des différentes marques, mais elle a des dessous dont on ne parle presque jamais. Sur le plan mondial par exemple, cette industrie éjecte 1,2 milliard de tonnes de gaz à effet de serre. Mieux, elle participe à la pollution de l’eau à hauteur de 20%, et utilise aussi près de 22,5% des pesticides dans le monde entier. Au vu de cette liste de pollution qui est loin d’être exhaustive, il faille donc réagir pour arrêter la saignée. C’est dans ce contexte donc que le président français Emmanuel Macron a responsabilisé le dirigeant du groupe Kering, François-Henri Pinault en avril pour assainir ce domaine. C’est donc le travail de cet homme qui s’est soldé par le pacte de la mode nommé ‘’Fashion Pact’’.

Les grandes lignes du ‘’Fashion Pact’’

Le Fashion Pact vise zéro émission nette de CO2 à l’horizon 2050, et l’option de 100% d’énergies renouvelables sur la chaine d’approvisionnement d’ici 2030. Pour atteindre cet objectif, 16 axes stratégiques ont été élaborés avec trois champs d’action prioritaires que sont le respect de la biodiversité, la protection des océans et la limitation des impacts climatiques. Au total, 147 marques représentées par 30 groupes ont adhéré à l’initiative. Entre autres, on peut citer Hermès, Chanel, Kering, Burberry, Gap, H&M, La Redoute, et bien d’autres encore. Il faut souligner que les entreprises sont libres de définir des stratégies propres à elles pour l’atteinte de ces objectifs.

Réaction des ONG à l’endroit du Fashion Pact

À travers ce pacte, d’aucuns voit une réponse au changement climatique. Cependant, pour les ONG, cette affaire ne saurait aboutir. Selon Clément Sénéchal, porte-parole politique climatique de Greenpeace, on ne devrait pas laisser cette industrie décider d’elle-même. Il revient à l’État d’élaborer une politique et de la leur imposer.

Biarritz, ville des grandes décisions, mais aussi celle du jeu

Ces grandes décisions ont été validées au sommet du G7 qui s’est tenu dans la ville de Biarritz. Cette dernière n’offre pas uniquement sa plateforme aux grandes décisions, mais aussi au jeu. Dans cette ville, vous verrez par exemple le casino Barrière qui n’est pas des moindres. À l’intérieur de ce bâtiment, vous verrez 1 bar, 1 restaurant et 1 espace réunions et événement. Il s’agit donc d’un tout-en-un qui offre des points de fidélités à ses clients. Vous y verrez plusieurs jeux de table à l’instar du poker, du blackjack. Ce sont les mêmes jeux que ceux joués dans les casinos les mieux cotés du monde et sont disponibles pour les joueurs avec une gamme de bonus de poker en ligne. Cliquez ici pour découvrir où vous pouvez vous adonner à une expérience de poker unique sur le net. Il y a également la roulette ainsi que les jeux de machines à sous. Dans ce casino, il règne une ambiance festive qui vous permettra de vous divertir au-delà de vos attentes. L’éclairage à l’interne comme à l’externe a été une réussite et complète parfaitement le décor en général. Que vous vous rendiez dans ce casino situé dans la ville du Fashion Pact pour jouer, pour boire, pour déguster les fameux plats appréciés par la quasi-totalité des visiteurs, ou pour une quelconque autre raison, vous serez à même de passer d’agréables moments.